vendredi 9 janvier 2015

Un poème pour une pensée...

                               
                             LE POÈTE
Il a beau plonger sa main dans les ténèbres, 
sa main ne noircit jamais. Sa main 
est imperméable à la nuit. Quand il s'en ira
(car tous s'en vont un jour), j'imagine qu'il restera 
un très doux sourire en ce bas monde, 
un sourire qui n'arrêtera pas de dire "oui" et encore
    "oui"
à tous les espoirs séculaires et démentis.

Yannis Ritsos
in Tard, bien tard dans la nuit. Éditions le temps des cerises.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire